Imprimer

Chateau Mazeyres, Pomerol

Chateau Mazeyres, Pomerol

Alain Moueix a hérité du Château Fonroque en 2001 de ses ancêtres, une famille qui a débuté comme négociant en vins et possède aujourd'hui de nombreux domaines viticoles bordelais, notamment à Saint Emilion et Pomerol, mais aussi dans le Médoc et en Californie.

Parallèlement il reprend la direction du Château Fonroque à Saint Emilion

 

 

En tant qu'ingénieur agronome et œnologue, il s'est appuyé dès le début sur l'intelligence biologique de la nature pour l'utiliser pour améliorer ses vins et interférer le moins possible avec le cycle naturel, mais pour le soutenir par des méthodes biodynamiques. Lors de son application pragmatique, il ressent comment le sol et la vigne y réagissent positivement.

En 2006, Château Fonroque et Château Mazeyres sont certifiés biologiques et deux ans plus tard, ils sont certifiés vignobles biodynamiques par l'association française biodyvin.

Favoriser la vibration harmonieuse de son vignoble de 18 hectares, planté à 80% de Merlot et 20% de Cabernet Franc, est une priorité absolue pour Alain Moueix. Sa vive attention à la durabilité des sols et au développement des terroirs continue de croître à mesure qu'il étudie les phénomènes biologiques et leurs applications pragmatiques. L'objectif est désormais d'utiliser des méthodes conscientes pour mettre en valeur l'éclat et l'équilibre des vins. Dix-huit ans de collaboration avec le négoce des vins de Bordeaux et autant d'années de travail enthousiaste et de recherche ont conduit le domaine et ses habitants et salariés à évoluer vers une transition vers l'agriculture biologique puis vers la biodynamie. Une aventure patiente et passionnée qui confère à cette charmante propriété le statut de tout premier Grand Cru Classé certifié biodynamie. Le résultat est un très grand vin de Saint-Émilion dont le rayonnement et la reconnaissance internationale ne cesse de croître.

Si les vendanges représentent évidemment une étape fondamentale dont la durabilité naturelle renforce notre joie dans la propagation cyclique des meilleurs raisins, l'étape suivante, la vinification, détermine très vite son rythme quotidien. Il faut des gestes simples et des décisions subtiles au quotidien pour préparer les raisins à mûrir dans des contenants de formes, textures et tailles différentes selon les caves et les terroirs. Plus tard, avant la mise en bouteille, les vins individuels, cultivés séparément selon le cépage et la parcelle, doivent être analysés et assemblés pour former une cuvée. Ce moment demande une concentration maximale et est le plus créatif de tous, car il s'agit de prédire comment une cuvée évoluera dans 5, 10 ans ou plus.

Le voyage qui s'ensuit met les gens sous tension et rien ne pourrait être plus inspirant pour un vigneron que de contribuer à la magie sensorielle qu'apporte la vie.
« La vinification suit des règles assez strictes et bien connues des vignerons. Mais l’obéissance à des lois déjà éprouvées ne doit jamais nous conduire à perdre de vue les inventions possibles qui cherchent à intervenir dans les pratiques traditionnelles pour les développer davantage. Dans cette phase, comme dans d’autres, nous observons toujours notre travail et son impact, avec un certain degré d’ouverture aux nouveautés qui pourraient émerger.

Les questions d'évolution et d'adaptation déterminent désormais la vie du Château Fonroque et de son avenir, qui inclut également les Châteaux Mazeyres. Elle retrouve également Alain Moueix en 2017, qui vend le domaine à la famille nantaise Guillard. Depuis, il y travaille en tant qu'administrateur, mais conseille et accompagne également d'autres domaines viticoles sur la voie de la viticulture biologique et biodynamique.

La raison de la vente aurait été le manque de capitaux pour moderniser le Château Fonroque et le Château Mazeyres, c'est-à-dire ses chais, et pour replanter une partie des vignes. De plus, une tante qui possédait également des actions souhaitait être rémunérée.